Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

NEUWIED


NEUWIED. Ville d’Allemagne (Rhénanie-Palatinat), sur la rive droite du Rhin, au nord de Coblence. Victoire des Français, commandés par le général Lazare-Louis Hoche, au commandement de l’armée de Sambre-et-Meuse, sur les Autrichiens, commandés par le général Latour, le 18 avril 1797. Jean Barthélemot Sorbier fut nommé général de brigade par Hoche sur le champ de bataille. Participèrent à cette bataille le capitaine Jean-Simon Domon, futur général de cavalerie, le capitaine Alexandre-Antoine Hureau de Senarmont, futur général d’artillerie, le capitaine Victor-Joseph Delcambre, futur général et futur baron de Champ-Vert, le futur général de brigade Jean-François Graindorge, qui fut nommé chef de bataillon après la bataille, le futur général du génie Joseph Kirgener, le général de brigade Dominique-Louis-Antoine Klein, futur général de division, le général de brigade François Watrin, futur général de division, le chef de bataillon Claude-François de Ferey, futur général de division, le chef de brigade Anne-François-Charles Trelliard, futur général de division. Les Autrichiens eurent plus de 5 000 hommes tués, blessés ou faits prisonniers. Les Français leur prirent sept drapeaux et vingt-sept pièces d’artillerie.

IconographieBataille de Neuwied, tableau de Victor Adam, 1836 (musée national du château de Versailles).

Bibliographie : Général Charles Thoumas, Les transformations de l'armée française : essais d'histoire et de critique sur l'état militaire de la France, Paris, Berger-Levrault, 1887, tome II.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site