Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

26 août 1346 Une terrible défaite française


Le 12 juillet 1346, au début de la guerre de Cent Ans, le roi d'Angleterre Édouard III et son armée débarquèrent dans le Cotentin. Ils atteignirent la Picardie, puis passèrent la Somme et allèrent se retrancher près de Crécy-en-Ponthieu. Le roi de France Philippe VI et son frère Charles II de Valois, à la tête de quatre-vingt mille hommes, vinrent les y attaquer. Les Anglais, qui ne disposaient que de quarante mille hommes, avaient cependant cet avantage d'utiliser des bombardes. Les Français, par contre, s'aperçurent que les cordes de leurs arcs étaient devenues inutilisables par suite d'un violent orage. Ils décidèrent alors de se passer de leurs arbalétriers et d'engager la bataille avec leur seule cavalerie ; celle-ci ne tarda pas à être meurtrie par la piétaille anglaise qui disposait de grands arcs à la technicité autrement supérieure. Le combat dura pourtant jusqu'à la nuit du 26 août 1346.

Les chevaliers français payèrent un lourd tribut dans leur défaite. Trente mille Français restèrent sur le champ de bataille, et, parmi eux, plusieurs princes, de nombreux seigneurs ou chevaliers et pas moins de deux rois, le roi de Majorque et le roi de Bohême Jean qui, quoique aveugle, avait tenu à guerroyer.

Le roi de France avait combattu vaillamment. Désespéré par cette défaite, il songea à se faire tuer. Il quitta enfin le champ de bataille et alla se réfugier au château de Labroye dont il se fit ouvrir les portes en criant : "Ouvrez, ouvrez, châtelain, c'est l'infortuné roi de France". Édouard III, de son côté, s'en alla mettre le siège devant Calais qui ne fut prise que onze mois plus tard.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site