Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

225 av. J.-C. Rome de nouveau menacée


En 226 av. J.-C., Rome a peur : une nouvelle invasion de Gaulois se prépare. Les Boïens et les Insubres, alliés à des Celtes et à des Gésates, descendent dans la plaine du Pô et se dirigent vers le sud. Rome a peur au point de renouveler un vieux rite étrusque : deux Grecs et deux Gaulois sont enterrés vivants tandis que l'on procède à la levée en masse. Soixante-dix mille Gaulois envahissent l'Étrurie. Une armée romaine franchit alors l'Apennin à marches forcées ; une autre armée est rappelée d'urgence de Sardaigne. En 225 av. J.-C., ces deux armées font leur jonction au cap Télamon, sur la côte de l'Étrurie septentrionale, et parviennent à encercler les envahisseurs. Une terrible bataille s'engage. Le consul Atilius Regulus est tué, mais les Romains sont vainqueurs. Quarante mille Gaulois restent sur le champ de bataille, dix mille sont faits prisonniers.

Rassurés, les Romains vont alors entreprendre la conquête de la Cisalpine, mais il leur faudra pas moins de quatre campagnes pour venir à bout des Boïens, des Insubres et des Gésates.

 

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site