Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

168 av. J.-C. Pydna ou le triomphe de Rome en Orient


La troisième guerre de Macédoine, comme la seconde, avait débuté par des échecs romains. C'est alors qu'en 168 av. J.-C., arrive au pouvoir un consul énergique, Lucius Æmilius Paulus. Le 22 juin, il engage contre le roi de Macédoine Persée la bataille décisive de Pydna. L'affrontement est très dur. Persée est blessé et doit quitter le champ de bataille. Il sera retrouvé et fait prisonnier. Malgré la fuite de son roi, la phalange mécédonienne résiste encore. Paul-Émile doit même payer de sa personne pour électriser ses troupes. Les Romains finissent par l'emporter. Le roi de Macédoine est retrouvé à Samothrace et emmené captif. Son règne de onze années se termine misérablement. Son royaume disparaît encore plus misérablement : il sera divisé en quatre districts.

Ce sera pire pour l'Épire qui s'est révoltée : soixante-dix villes renversées et cent cinquante mille habitants réduits en esclavage. Dans tout l'Orient antique, Rome fera régner la terreur ; même ses anciens alliés ne sont pas épargnés : les Achéens devront livrer un millier d'otages, Rhodes se verra enlever la Lycie et la Carie, le Séleucide Antiochos IV, qui occupait l'Égypte, recevra l'ordre de l'évacuer. Au lendemain de la bataille de Pydna, on peut dire que les Romains sont devenus tout-puissants en Orient.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site