Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

722 Naissance de la Reconquista


La rapidité avec laquelle les Arabes envahirent l'Espagne au début du VIIIsiècle ne laisse toujours pas d'étonner. Débarqués en 711 à Gibraltar, ils vainquirent le roi Rodrigue à la bataille de Jerez de la Frontera, puis assiégèrent Cordoue, prirent et pillèrent Tolède. En quelques mois, la moitié de l'Espagne était conquise. En 713, ils envahirent la Tarraconaise, en 718 Barcelone capitulait. Cependant, malgré cette conquête foudroyante, due probablement, au moins en partie, aux divisions entre factions nobiliaires dans le royaume des Wisigoths, jamais le peuple autochtone ne cessa de lutter contre l'envahisseur. La reconquête, la fameuse "Reconquista", dura, certes, huit siècles, puisque, commencée vers 722 à Covadonga, elle ne se termina qu'en 1492 avec la reprise de Grenade.

Vers 722, donc, eut lieu la célèbre bataille de Covadonga, dans les Asturies, où le chef des Wisigoths Pélage écrasa les Maures, victoire considérée comme le début de la Reconquista. Pélage avait pourtant déjà vaincu les Maures, trois ans auparavant, sur les bords de la Deva ; par ailleurs, dans quelques hautes vallées, la population autochtone avait su résister et garder son indépendance sous l'autorité de chefs chrétiens. La tradition historique chrétienne de l'époque médiévale a cependant minimisé la portée de cette résistance pour faire de la victoire de Covadonga le point de départ de cette longue lutte contre les Musulmans.

Il faudra en effet attendre 1094 pour voir le Cid Campeador ("Le seigneur qui gagne les batailles") s'emparer, et conserver, du royaume maure de Valence. En 1096, le roi d'Aragon et de Navarre Pierre Ier vainquit les Maures à Alcaraz et s'empara de Huesca dont il fit sa capitale. Seize ans plus tard, ce fut la grande victoire des rois d'Aragon, de Navarre, de Castille et du Portugal, alliés sous l'égide du pape Innocent III, sur le calife Muhammad al-Nasir, à la bataille de Las Navas de Tolosa. La Reconquista devait enfin connaître son apothéose avec Isabelle de Castille et son époux, Ferdinand V (Ferdinand d'Aragon le Catholique), le grand-père de Charles Quint, qui s'empara de Grenade en 1492.

Avant de mourir en 711 à Jerez de la Frontera en combattant contre l'envahisseur, le roi Rodrigue a-t-il eu le temps d'imaginer la longue nuit de son royaume ?

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site