Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

TOULON


TOULON. Ville du département français du Var, sur la rade de Toulon. Bataille navale à laquelle participèrent les marins français Pierre-André de Suffren de Saint-Tropez, dit le bailli de Suffren, et Jean-Baptiste de Glandevès, alors garde-marine(*) sur le Solide, Louis-André Beaussier de Châteauvert, alors garde-marine sur le Borée, François-Aymar de Monteil, futur lieutenant général, alors garde-marine sur le Ferme, le capitaine de vaisseau Jean-François de Bertet de La Clue-Sabran, futur lieutenant général, qui commandait l’Atalante, le capitaine de vaisseau Claude-Louis de Massiac, futur vice-amiral, qui commandait le Diamant, le lieutenant de vaisseau Louis Guillouet d’Orvilliers, futur lieutenant général, qui se trouvait sur le Diamant, le lieutenant de vaisseau Paul-Hippolyte de Beauvillier, marquis de La Ferté et de Saint-Aignan, futur vice-amiral, qui se trouvait sur le Terrible, le futur chef d’escadre Charles d’Arsac, chevalier de Ternay, alors garde-marine sur l’Alcyon, Pierre-Jacques Taffanel de La Jonquière, futur chef d'escadre, qui commandait le Terrible, le capitaine de vaisseau Joseph de Bauffremont, prince de Listenois, futur lieutenant général et futur vice-amiral, qui commandait la Volage, et le futur vice-amiral Louis-Jacques de Barras de Saint-Laurent, alors enseigne de vaisseau sur le Borée, du 11 au 13 février 1744, près du cap Sicié. Une flotte franco-espagnole de trente-quatre vaisseaux, commandée par l’amiral Don Navarro et Claude-Élisée Court de La Bruyère, lieutenant général, futur vice-amiral, quittant la rade de Toulon, se trouva aux prises avec une escadre anglaise supérieure en nombre et commandée par l’amiral Matthews. Malgré la perte du vaisseau amiral espagnol, le Real, les Français purent jeter l’ancre à la rade d’Alicante et les Espagnols gagner Carthagène.

(*) Jeune gentilhomme qui, avant 1789, remplissait les fonctions dévolues aujourd’hui aux aspirants.

Bibliographie :

  • David Hume, Tobias Smollett, John Aikin et John Adolphus, Histoire d'Angleterre, Paris, Furne, 1839, tome VIII ;
  • Louis-Pierre Anquetil, Histoire de France, depuis les Gaulois jusqu'à la fin de la monarchie, Paris, Ledentu, 1825, tome IX.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site