Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

STALINGRAD


STALINGRAD (anciennement Tsaritsyne, depuis 1962 Volgograd). Ville et port fluvial de Russie, sur la Volga. En août 1942, Stalingrad fut attaquée par les divisions du feld-maréchal Fedor von Bock et, en septembre, la VIe armée de Friedrich Paulus réussit à pénétrer dans les faubourgs de la ville. Les Soviétiques, notamment la 62e armée du général Vassili Ivanovitch Tchouikov, futur maréchal, livrèrent une résistance acharnée et empêchèrent les Allemands, qui, en octobre 1942, occupaient la majeure partie de la ville, de franchir la Volga. Une contre-offensive lancée par Gueorgui Konstantinovitch Joukov, futur maréchal, se termina par l’encerclement des divisions de Paulus le 25 novembre 1942 (dans cet encerclement, la cavalerie soviétique joua un rôle notable). Le maréchal Erich von Lewinski, dit Von Manstein, commandant le groupe d’armées du Don, contre-attaqua pour dégager les troupes encerclées (12-16 décembre 1942) mais ce fut un échec. En janvier 1943, les ruines de la ville furent reconquises quartier par quartier par les Soviétiques et, le 2 février 1943, Paulus signa sa capitulation. Le maréchal soviétique Konstantin Konstantinovitch Rokossovsky, alors général, se distingua dans cette bataille, ainsi que :

  • le général Rodion Iakovlevitch Malinovski, futur maréchal et futur ministre de la Défense, qui brisa la contre-offensive allemande en décembre 1942 ;
  • le maréchal Fédor Ivanovitch Tolboukine.

Le maréchal allemand Paul Ewald von Kleist y combattit. L’écrivain russe Viktor Platonovitch Nekrassov participa à la bataille. Le général soviétique Aleksandr Mikhaïlovitch Vassilevski, futur maréchal, adjoint de Joukov, se distingua. Le général soviétique Andréï Ieremenko, futur maréchal, joua un rôle décisif dans l’encerclement de la VIe armée de Paulus. La défaite allemande de Stalingrad marqua un des tournants décisifs de la Seconde Guerre mondiale. Son retentissement psychologique fut considérable au sein du camp allié qui acquit la certitude de la victoire finale. Le réalisateur soviétique Grigori Naoumovitch Tchoukhraï participa à la bataille. La 8e symphonie du compositeur russe Dmitri Chostakovitch évoque la bataille de Stalingrad. À Volgograd, des monuments érigés par Kourgane Mamaïev célèbrent les héros de la bataille de Stalingrad.

Bibliographie :

  • William Craig, Vaincre ou mourir à Stalingrad, Éd. Pocket ;
  • Stalingrad, ouvrage du romancier allemand Theodor Plievier exposant les résultats de son enquête auprès des prisonniers allemands dans un camp, 1945 ;
  • Dans les tranchées de Stalingrad, roman de l'écrivain russe Viktor Platonovitch Nekrassov, 1946 ;
  • Les Jours et les Nuits de Stalingrad, roman de l'écrivain soviétique Kirill Mikhaïlovitch, dit Konstantin Simonov, évoquant la défense de Stalingrad, 1943-1944 ;
  • Merci à Stalingrad, recueuil poétique de Johannes Robert Becher, 1943 ;
  • Bataille de Stalingrad, cantate du compositeur russe Sergueï Sergueïevitch Prokofiev, 1943.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site