Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

QUIBERON


QUIBERON. Ville de France (Morbihan), dans la presqu’île du même nom. Victoire navale anglaise d’Edward Hawke sur la flotte française de Conflans le 21 novembre 1759. Voir Cardinaux (Les).

Victoire du général Lazare-Louis Hoche sur 3 000 Anglais et émigrés français commandés par le comte Joseph de Puisaye et sir Borlasse Warren le 22 juillet 1795. Claude-Joseph Rouget de Lisle, compositeur de l’hymne français, fut blessé dans cette bataille, ainsi que le sous-lieutenant Auguste-Julien de Bigarré, futur général. Presque tous les émigrés furent tués ou faits prisonniers, seulement 1 800 personnes environ ayant pu s’embarquer sur la flotte anglaise. Les prisonniers, dont, notamment, le comte de Sombreuil, le capitaine de vaisseau Thibaut-René de Kergariou-Locmaria et son frère, le capitaine de vaisseau Pierre-Joseph Kergariou de Roscouet, furent fusillés. Le comte Louis-Charles d’Hervilly fut blessé grièvement ; transporté à Londres, il devait mourir de ses blessures. Le duc Gaston de Lévis, futur pair, fut également blessé, ainsi que le marquis de Chapelle de Jumilhac, futur lieutenant général. Le comte Anne-Joseph de Vauban, arrière-petit-neveu du grand Vauban, participa à la bataille dans les rangs des émigrés. 

Bibliographie : Comte de Vauban, Quiberon. Mémoires pour servir à l'histoire de la guerre de la Vendée, 1806 ; Aux armes de France, 1941.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site