Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

HOHENLINDEN


HOHENLINDEN. Village de Bavière, à l’est de Munich. Victoire du général français Jean-Victor Moreau, à la tête de l’armée du Rhin, sur les Autrichiens de l’archiduc Jean et du feld-maréchal Karl Philipp Schwarzenberg, duc de Krumau, le 3 décembre 1800. Le général Michel Ney, futur maréchal, se distingua dans la bataille, ainsi que :

  • le général de division Charles-Mathieu-Isidore Decaen ;
  • le marquis Jean-Joseph-Paul-Augustin Dessolles, général de division ;
  • le général de brigade Joseph-Augustin Fournier, futur général de division ;
  • François-Nicolas-Mathias Fririon, futur général de division, qui fut fait général de brigade sur le champ de bataille ;
  • le marquis Emmanuel de Grouchy, futur maréchal ;
  • le général de division Guillaume Duhesme ;
  • le colonel Antoine-Jean-Auguste-Henri Durosnel, futur général de division ;
  • l’adjudant Pierre-François-Antoine Huber, futur lieutenant général ;
  • Antoine Arnaud et Maximilien Lamarque, futurs généraux de brigade ;
  • le chef de bataillon Ange-François-Alexandre Blein, futur général de brigade ;
  • le chef de bataillon Victor-Joseph Delcambre, futur général et futur baron de Champ-Vert ;
  • les capitaines François Bony et Jean-François Hennequin, futurs généraux de brigade ;
  • le futur général de division Michel-Sylvestre Brayer ;
  • le général de division Claude-Sylvestre Colaud ;
  • le général Jean-François Carra Saint-Cyr ;
  • le général de brigade Louis-Michel-Antoine Sahuc, futur général de division.

La légion polonaise du Danube, commandée par le général Charles Kniaziewitz, effectua des manœuvres décisives pour la victoire. Constant Corbineau, futur général de brigade, fut blessé. Participèrent également à cette bataille les généraux Charles-Louis-Dieudonné Grandjean, Antoine Richepance, Paul Grenier, Jean-Baptiste Drouet d’Erlon, futur comte, futur maréchal, Claude-Alexandre Legrand, Louis Bastoul, Jean-Joseph-Ange d’Hautpoul, Jean-Pierre-François Bonet, Pierre-François-Joseph Durutte, Charles-Joseph Boyé et Frédéric-Henri Walther ; les généraux Bastoul et Walther furent grièvement blessés. Cette victoire fut suivie par la paix de Lunéville. Joseph Radetzky, comte von Radetz, futur feld-maréchal autrichien, participa à la bataille. Les Français perdirent 2 500 hommes, tués, blessés ou faits prisonniers ; les Autrichiens perdirent 17 000 hommes, dont 11 000 prisonniers, et cent pièces de canon.

IconographieBataille de Hohenlinden. 3 décembre 1800, tableau de Schopin, 1837.

Bibliographie :

  • James Burbeck, Marengo and Hohenlinden, Stackpole Books, 2001 ;
  • James R. Arnold, Marengo and Hohenlinden : Napoleon's Rise to Power, Pen & Sword Books, 2005 ;
  • Charles Malo, Champs de bataille de l'armée française, Paris, Hachette, 1901.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site