Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

CALDIERO


CALDIERO. Petite ville d’Italie, en Vénétie (province de Vérone). Échec de Bonaparte, le 12 novembre 1796, devant les troupes autrichiennes du baron Joseph d’Alvinzy. Participèrent à la bataille, notamment, les futurs généraux Auguste-Daniel Belliard, Jean-Baptiste Molette de Morangiès, Pierre-Louis Dupas, qui fut blessé, Roch Godart et Jean-Louis Gros. Le général autrichien Paul Davidovich se distingua dans cette bataille. Le général et prince autrichien Hohenzollern-Hechingen se signala par sa bravoure. Le général de brigade Jean-Marie Aulay de Launey, dit Launay, futur lieutenant général honoraire, fut fait prisonnier. Les Autrichiens n’alignaient que 8 000 hommes ; les Français, qui en comptaient le double, perdirent près de 3 000 hommes.

Victoire du maréchal André Masséna, futur duc de Rivoli, futur prince d’Essling, à la tête de l’armée d’Italie, sur les Autrichiens de l’archiduc Charles de Habsbourg le 30 octobre 1805. Le général Molitor, futur comte, futur maréchal et futur pair de France, eut une grande part dans la victoire. Participèrent également à cette bataille les généraux  Gardanne, Guillaume Duhesme, Louis Partounaud, dit Partouneaux, futur comte, Guy-Louis-Henri de Valory et Jean-Louis-Brigitte d’Espagne. Les Autrichiens eurent 3 000 hommes tués ou blessés et laissèrent 3 500 prisonniers ; les Français perdirent 1 500 hommes et 500 prisonniers. Ils prirent trente pièces de canon.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site