Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

BORODINO


BORODINO. Village de Russie, entre Moscou et Smolensk, sur la Moskova. La sanglante bataille de Borodino, ou de la Moskova, vit la victoire de l’armée de Napoléon Ier (maréchal Louis-Nicolas d’Avout, dit Davout, qui fut blessé, maréchal Joachim Murat, maréchal Michel Ney, prince Józef Antoni Poniatowski) sur les Russes le 7 septembre 1812. Le feld-maréchal russe Mikhaïl Bogdanovitch, prince Barclay de Tolly, sous les ordres du feld-maréchal Mikhaïl Ilarionovitch Golenichtchev Koutouzov, se distingua dans cette bataille qui entraîna la mort du général russe Piotr Ivanovitch, prince Bagration. Prirent part à cette bataille, notamment :

  • le général russe Leonti Leontievitch Bennigsen, qui commandait le centre ;
  • le général de brigade Dommanget, qui fut blessé ;
  • le général de brigade Dornès ;
  • le comte Antoine Drouot, colonel major de l’artillerie à pied de la Garde impériale, futur général, surnommé le “Sage de la Grande armée” ;
  • le général de brigade Lhéritier de Chézelles, futur général de division ;
  • le chef d’escadron de Fezenzac, futur lieutenant général ;
  • le marquis Emmanuel de Grouchy, futur maréchal et futur pair de France ;
  • le général de brigade Huard de Saint-Aubin, qui fut tué ;
  • le général Jean-Ambroise Baston, comte de Lariboisière ;
  • le général de division Ledru des Essarts ;
  • le général de division Jean-Gabriel Marchand ;
  • le prince Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie, et le général Charles-Alexis-Louis-Antoine Morand qui se distinguèrent particulièrement par leur bravoure ;
  • l’aide de camp d’Eugène de Beauharnais, Charles-Angélique-François Huchet, comte de La Bédoyère, futur général, qui participa à l’assaut d’une redoute dont la prise décida du sort de la bataille ;
  • le général de brigade Jacquinot, futur général de division ;
  • le général de division Le Brun de La Houssaye, qui fut blessé ;
  • le général Jean Rapp, futur pair de France, qui fut blessé pour la 22e fois ;
  • le général François-Antoine Teste ;
  • le général de brigade Exelmans, futur pair de France et futur maréchal de France, qui fut promu, après la bataille, général de division ;
  • Jacques-Louis-César-Alexandre Randon, futur maréchal de France et futur ministre de la Guerre, qui fut blessé ;
  • le général de division Claparède, futur comte et futur pair de France ;
  • Bastien-Horace-François Sébastiani de La Porta, futur maréchal et futur ministre ;
  • le comte Paul Dimitrievitch de Kisselev, général russe, futur lieutenant général ;
  • le baron Ange-Hyacinthe-Maxence de Damas, futur lieutenant général, futur ministre de la Guerre puis des Affaires étrangères, qui combattit dans les rangs des Russes ;
  • le baron Louis Almeras, qui fut blessé ;
  • le général de division Auguste-Daniel Belliard qui, par l’établissement rapide d’une batterie, arrêta court et fit reculer les masses profondes de la Garde impériale russe ;
  • le baron Sigismond-Frédéric de Berckheim, futur général de division ;
  • le général de brigade Bonamy qui, à la tête du 30e régiment, enleva une redoute munie de quarante pièces de canon (grièvement blessé, le général Bonamy fut fait prisonnier et ne devait être libéré par les Russes que vingt-deux mois après) ;
  • le baron Joseph Boyer de Rebeval, général de brigade, futur général de division, qui fut blessé ;
  • le général de division Jean-Pierre-Joseph Bruyères, comte de l’Empire ;
  • le général de brigade Bernard-Louis Cattaneo, qui fut blessé grièvement et nommé lieutenant général sur le champ de bataille ;
  • le comte Auguste-Jean-Gabriel de Caulaincourt, général de division, qui fut tué ;
  • le futur lieutenant général Achard qui fut blessé ;
  • le général de brigade Bailly de Monthyon, futur général de division ;
  • le général de brigade Carrière de Beaumont, futur général de division ;
  • Charles-François Bouteiller, futur général de division ;
  • le capitaine Barthélemy-Dominique-Jacques-Armand Castelbajac, futur général de cavalerie, qui fut blessé ;
  • les généraux Compans, Sorbier, Pernety (baron de l’Empire, futur vicomte), Étienne-Marie-Antoine Champion (comte de Nansouty), Louis-Pierre Montbrun, La Tour Maubourg (futur marquis), Louis Friant, Alexis-Joseph Delzons, Plauzonne, Étienne-Maurice Gérard (futur maréchal de France et futur ministre de la Guerre), Fabvier, qui fut blessé, Chastel, Bertrand Bessières, qui fut blessé, Bruno.

L’armée de Napoléon, composée en grande partie de troupes françaises, s’élevait à 120 000 hommes environ ; l’armée russe comptait 92 000 hommes de troupes régulières, 10 000 hommes de milice de Moscou et 50 000 hommes de cavalerie, dont 30 000 Cosaques irréguliers. L’armée française avait 587 bouches à feu, l’armée russe plus de 600. Leur victoire permit aux Français d’entrer à Moscou une semaine plus tard. Ney, qui s’était particulièrement distingué, fut fait prince de la Moskova. Les Russes perdirent plus de 35 000 hommes, dont 13 000 tués et 5 000 faits prisonniers ; ils eurent trente-cinq généraux hors de combat ; les Français perdirent 30 000 hommes, dont 9 000 tués et 21 000 blessés. Ils perdirent dans cette bataille le général de division Montbrun, les généraux de brigade Huard de Saint-Aubin, Marion, Compère et Plauzonne. Parmi les blessés figuraient les généraux de division Nansouty, Grouchy, Rapp, Compans, Dessaix, qui perdit un bras, Morand, La Houssaye et plusieurs généraux de brigade. Les Français prirent soixante pièces de canon.

Iconographie

  • Bataille de la Moskowa. 7 septembre 1812, tableau du baron Louis-François Lejeune (musée national du château de Versailles) ;
  • Bataille de la Moskowa, tableau de Jean-Charles Langlois (musée de l'Armée, Paris) ;
  • Bataille de la Moskowa. Enlèvement de la redoute, tableau d'Eugène Charpentier (musée de l'Armée, Paris).

Bibliographie :

  • Docteur F.-G. Hourtoulle, Borodino, la Moskova : la bataille des redoutes, Paris, Histoire & Collections, 2000 ;
  • Alexander Mikaberidze, The Battle of Borodino : Napoleon against Kutuzov, Pen and Sword, 2007 ;
  • Christofer Duffy, Borodino and the war of 1812, Cassell Military, 1999 ;
  • Digby Smith, Borodino, Windrush Presse, 1998 ;
  • "La Moskowa", article d'Igor Sokolov dans Napoléon Ier, n° 8, mai-juin 2001.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site