Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

BAYLEN


BAYLEN (ou Bailén). Ville d’Espagne, en Andalousie, dans la province de Jaén. Défaite et capitulation, en rase campagne, du corps d’armée du général français Pierre Dupont, dit Dupont de l’Étang, futur ministre de la Guerre, le 19 juillet 1808. Au total, 17 635 hommes mirent bas les armes devant 25 000 Espagnols commandés par le général suisse Reding et le général espagnol de La Peña, sous les ordres du général Don Francisco Xavier de Castaños, futur duc de Bailén. Parmi les prisonniers, figuraient :

  • le capitaine de vaisseau Pierre Baste, futur comte de l’Empire et futur contre-amiral ;
  • François-Henri-Eugène Daugier, futur comte et futur vice-amiral ;
  • le lieutenant de vaisseau Jean Grivel, futur vice-amiral, futur pair de France et futur baron ;
  • le général de division Gabriel Barbou des Courières ;
  • le général de brigade Ythier-Sylvain Pryvé ;
  • le futur général et futur baron Jean-Baptiste Estève.

Cette capitulation, signée le 22 juillet à Andujar, valut à Dupont d’être destitué par Napoléon Ier et emprisonné au fort de Joux (il ne devait en sortir qu’au retour de Louis XVIII). Participèrent notamment à cette bataille les généraux Dupré, Théodore Chabert, Frésia, Gobert, qui fut tué, Schramm. Le général du génie Marescot, futur pair et futur marquis, fut cosignataire de la capitulation ; destitué, il fut incarcéré pendant trois ans puis exilé à Tours.

Bibliographie : Louiselle de Riedmatten, Aspects tactiques et stratégiques de la bataille de Baylen : le rôle des régiments suisses, mémoire de maîtrise, Paris IV, juin 1995.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site