Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

ZURICH


ZURICH (en allemand Zürich). Ville de Suisse, sur les rives de la Limmat et de la Sihl, à l’extrémité nord du lac de Zurich. Victoire du général André Masséna, futur maréchal, futur duc de Rivoli et futur prince d’Essling, sur les Autrichiens, commandés par Charles de Habsbourg, duc de Teschen, dit l’archiduc Charles, 3e fils de l’empereur Léopold II, l’un des meilleurs généraux autrichiens dans les guerres contre la République et l’Empire, le 7 juin 1799. Masséna disposait d’environ 40 000 hommes, l’archiduc de 60 000. Le comte Claude-Jacques Lecourbe, général de division, facilita la victoire de Masséna en freinant l’avance du feld-maréchal russe Aleksandr Vassilievitch Souvorov dans les gorges du Saint-Gothard. Le comte Gabriel-Jean-Joseph Molitor, futur maréchal, se distingua dans la bataille. Les généraux Nicolas-Charles Oudinot, futur maréchal, et Jean-Robert-Marie Humbert furent blessés. Les Autrichiens perdirent 3 000 hommes, les Français 1 200. Les généraux autrichiens Hotze, Wallis, Kerpen et Jean de Hiller furent grièvement blessés.

Victoire de Masséna sur les Russes du général Alexandre-Michel Korsakov, surnommé Rimski, le 25 septembre 1799. Cette victoire de “l’Enfant chéri de la Victoire”, comme l’appelait Bonaparte, empêcha la jonction de l’armée de Korsakov avec celle de Souvorov chargé d’envahir la Suisse et évita à la France l’invasion des Alliés. Les Russes eurent 8 000 hommes hors de combat (3 000 morts ou blessés, 5 000 faits prisonniers) et abandonnèrent dans Zurich cent pièces de canon. Participèrent notamment à cette bataille les généraux Gazan de La Peyrière, Édouard-Adolphe-Casimir Mortier, futur maréchal, futur duc de Trévise, futur ministre de la Guerre, et Dominique-Louis-Antoine Klein. Le futur général de brigade Pierre-Charles Dumoulin se distingua dans cette bataille. Le capitaine Jean-Pierre Dellard, futur général de brigade, fut promu chef de bataillon sur le champ de bataille.

IconographieLa Bataille de Zurich. 25 septembre 1799, œuvre du peintre français François Bouchot (musée national du château de Versailles).

Bibliographie :

  • Heinrich von Sybel, Histoire de l'Europe pendant la Révolution française, Paris, F. Alcan, 1869-1888, tome VI ;
  • Philippe de Golbéry, Histoire et description de la Suisse et du Tyrol, Paris, F. Didot frères, 1839 ;
  • Charles Malo, Champs de bataille de l'armée française, Paris, Hachette, 1901.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site