Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

YORKTOWN


YORKTOWN. Localité des États-Unis d’Amérique, dans l’est de la Virginie, près de la baie de Chesapeake. Capitulation des Britanniques du marquis Charles Mann de Cornwallis, futur gouverneur général de l’Inde, le 19 octobre 1781, durant la guerre de l’Indépendance américaine, devant les troupes de George Washington et les volontaires français du lieutenant général Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau. Le général Adam-Philippe de Custine se distingua dans la bataille, ainsi que le marquis Motier de La Fayette, le comte d’Autichamp Antoine-Joseph-Eulalie de Beaumont et le comte François-Marie d’Aboville, colonel commandant l’artillerie des Français. La capitulation disposait que les troupes anglaises de terre se rendraient aux États-Unis et les troupes de mer à l’armée navale française. Il y eut en tout 6 591 prisonniers.

IconographieWashington, La Fayette et Rochambeau à York Town, tableau de Auguste Couder (musée national de la coopération franco-américaine, Blérancourt).

Bibliographie :

  • Colonel Édouard Hardy de Périni, Batailles françaises, Paris, Flammarion, 1894-1906, 6e série ;
  • David Hume, Tobias Smollett, John Aikin et John Adolphus, Histoire d'Angleterre, Paris, Furne, 1839, tome XII ;
  • Jean-Baptiste-Gaspard Roux de Rochelle, États-Unis d'Amérique, Paris, F. Didot frères, 1839 ;
  • Thomas Balch, Les Français en Amérique pendant la guerre de l'indépendance des États-Unis : 1777-1783, A. Sauton, 1872 ;
  • John Richard Alden, La Guerre d'indépendance, Paris, Seghers, 1968 ;
  • Denise Artaud et André Kaspi, Histoire des États-Unis, Armand Colin, 1985 ;
  • Raymond Bourgerie et Pierre Lesouef, Yorktown (1781). La France offre l'indépendance à l'Amérique, Économica, 1992 ;
  • Sabrina Crewe et Dale Anderson, The Battle of Yorktown, Gareth Stevens Publishing, 2005.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site