Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

ULM


ULM. Ville d’Allemagne (Bade-Wurtemberg), sur la rive gauche du Danube, à son confluent avec la Blau et l’Iller. Victoire des troupes napoléoniennes et du maréchal Michel Ney, futur duc d’Elchingen, futur pair de France, sur le feld-maréchal autrichien Karl Philipp Schwarzenberg, duc de Krumau. Le général français Pierre Dupont de l’Étang se distingua dans cette bataille qui vit la capitulation du général autrichien Karl Mack, baron von Leiberich, et de ses 30 000 soldats le 20 octobre 1805. Le maréchal Jean Lannes participa à la bataille, ainsi que :

  • le maréchal Louis-Nicolas d’Avout, dit Davout, futur duc d’Auerstaedt et futur prince d’Eckmühl ;
  • le colonel Jean-Baptiste-Théodore Curto, futur général de brigade ;
  • Louis-Claude Duchastel, futur maréchal de camp ;
  • le colonel Pierre Dumoustier, futur général de division ;
  • la femme soldat Marie-Thérèse Figueur ;
  • le futur général de division Charles-Auguste-Joseph de Flahaut ;
  • le général d’artillerie Joseph-Marie Pernety ;
  • le général Auguste-Louis-Frédéric Viesse de Marmont, futur maréchal et futur duc de Raguse ;
  • le général de division Auguste-Daniel Belliard ;
  • le comte François-Antoine-Louis Bourcier, général de division ;
  • le général de brigade Michel-Marie Claparède, futur général de division et futur pair de France ;
  • le général de division Marc-Antoine de La Bonninière, comte de Beaumont ;
  • François-Beaudin Berge, futur général d’artillerie et futur lieutenant général ;
  • le futur général de brigade Jean-Ernest de Beurmann ;
  • le futur général de brigade Charles-François Dorlodot des Essarts ;
  • le futur général de division Auguste-Julien de Bigarré ;
  • le lieutenant Vivant-Jean Brunet-Denon, futur maréchal de camp ;
  • le marquis Georges de Chambray, futur maréchal de camp ;
  • le colonel Auguste-Marie-François Colbert, futur général de brigade ;
  • Michel Combes, futur colonel ;
  • le futur général de division Louis-Chrétien Carrière de Beaumont.

Les Français s’emparèrent de soixante pièces de canon et de quarante drapeaux. L’armée prisonnière défila devant Napoléon Ier. Mack fut dégradé et emprisonné pendant deux ans. Le colonel autrichien François de Koller était parvenu, en combattant, à faire sortir son régiment d’Ulm et à échapper à la capitulation.

Iconographie :

  • La Reddition d'Ulm, œuvre du sculpteur français Pierre Cartellier (Arc du Carroussel) ;
  • La Reddition d'Ulm, le 20 octobre 1805, Napoléon Ier recevant la capitulation du général Mack, tableau de Charles Thévenin (Galerie des Batailles du château de Versailles).

Bibliographie :

  • Lieutenant C.-P. Escalle, Des marches dans les armées de Napoléon : Borghetto (1796), Ulm (1805), Smolensk (1812), Lützen et Dresde (1813), Waterloo (1815), 1912 (reproduction en fac-similé par les Éditions historiques Teissèdre, 2003) ;
  • Jean Thiry, Ulm, Trafalgar, Austerlitz, Paris, Berger-Levrault, 1962 ;
  • Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l'Empire, Paris, Paulin, tome VI.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site