Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

SOMOSIERRA


SOMOSIERRA. Col d’Espagne, dans la sierra de Guadarrama, entre les bassins du Tage et du Douro, faisant communiquer les deux Castilles. Brillante victoire de Napoléon Ier, du maréchal Claude-Victor Perrin, dit Victor, et du maréchal Jean-Baptiste Bessières, futur duc d’Istrie, sur les Espagnols, commandés par le général Benito San Juan, le 30 novembre 1808. Leur victoire ouvrit aux Français la route de Madrid. L’enseigne de vaisseau Henri-Marie-Daniel Gaultier, comte de Rigny, futur vice-amiral, fut blessé dans la bataille. La Garde impériale se distingua particulièrement lors de cette journée. Le général San Juan avait pris position au pied de la Somosierra avec 13 000 hommes et seize pièces d’artillerie. Le régiment des lanciers polonais de la Garde impériale s’empara des batteries. L’armée espagnole s’enfuit alors, abandonnant armes, munitions et bagages, et un grand nombre de prisonniers. Participèrent à cette bataille le général de brigade Pierre Barrois, futur général de division, ainsi que le sous-lieutenant Étienne-Martin de Beurnonville, futur maréchal de camp, le colonel Ange-François-Alexandre Blein, futur général de brigade, le colonel Jean-Baptiste Jamin, futur lieutenant général, le général de brigade Augustin Darricau, futur général de division, le général de division Alexandre-Antoine Hureau de Senarmont et le futur général de brigade Pierre Dautancourt.

Iconographie :

  • Bataille du col de Somosierra, tableau de Louis-François Lejeune (musée national du château de Versailles) ;
  • Combat de Somosierra (Espagne). 30 novembre 1808, tableau de Jean Alaux et Hippolyte Lecomte (d'après Horace Vernet), 1835.

Bibliographie :

  • Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l'Empire, Paris, Paulin, 1849, tome IX ;
  • "Somosierra : sur la route de Madrid (30 novembre 1808)", article de Jacques Garnier dans Napoléon Ier, n° 13, mars-avril 2002.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site