Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

ROSSBACH


ROSSBACH. Village d’Allemagne (Saxe), entre Merseburg et Weissenfels. Victoire des Prussiens de Frédéric II le Grand sur les Français et les Autrichiens commandés par Charles de Rohan, prince de Soubise, futur maréchal de France, et le prince de Hildburghausen, le 5 novembre 1757. Le futur maréchal de France Charles-Eugène-Gabriel de La Croix, marquis de Castries, lieutenant général de la cavalerie pendant la guerre de Sept Ans, joua un grand rôle dans cette bataille dont il faillit assurer le succès. Le lieutenant-colonel Jacob Amé-Droz se distingua particulièrement avec son régiment qui quitta en dernier le champ de bataille. Le futur général Friedrich Wilhelm von Seydlitz, qui commandait la cavalerie prussienne, contribua à la victoire. L’armée prussienne comportait 20 000 hommes, l’armée française 40 000 et l’armée autrichienne 25 000. Les Français perdirent 7 700 hommes, les Prussiens 500 hommes, parmi lesquels le général Meinck. J. Frédéric Kreig, officier allemand au service de la France, futur général de division, se distingua dans la bataille, ainsi que, dans les rangs prussiens, l’officier écossais Jacques Keith. Une chanson ironique se répandit dans les rues de Paris :

Soubise dit, la lanterne à la main :

"J'ai beau chercher ; où diable est mon armée ?

Elle était pourtant là, hier matin.

Me l'a-t-on prise, ou l'aurais-je égarée ?"

Bibliographie :

  • Général Charles Thoumas, Les transformations de l'armée française : essais d'histoire et de critique sur l'état militaire de la France, Paris, Berger-Levrault, 1887, tome II ;
  • Simon Millar, Rossbach and Leuthen 1757 : Prussia's Eagle resurgent, Osprey Publishing, 2002 ;
  • Christopher Duffy, Prussia's Glory : Rossbach and Leuthen 1757, Emperor's Press, 2004.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site