Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

RAVENNE


RAVENNE (en italien Ravenna). Ville d’Italie, en Émilie-Romagne, dans la province du même nom. Victoire de Quintus Caecilius Metellus Pius (“Pieux”), partisan de Sylla, sur Urbanus et Carbo en 82 av. J.-C.

Victoire du général de Justinien Bélisaire sur le roi des Ostrogoths Vitigès en 540, lors de la Guerre gothique. Vitigès fut fait prisonnier et emmené à Constantinople.

Victoire des Français sur l’armée hispano-papale de la Sainte Ligue (Espagne, Venise, Saint-Siège), commandée par Ramón de Cardone (ou Cardona), vice-roi de Naples, le 11 avril 1512, sous le règne du roi de France Louis XII. Les Français étaient commandés par le jeune neveu du roi de France, Gaston de Foix, duc de Nemours, surnommé le Foudre d’Italie, qui fut tué dans la poursuite des vaincus. L’armée française se composait de 1 600 lances et de 18 000 hommes de pied et disposait d’une artillerie perfectionnée commandée par le duc de Ferrare. Pierre Terrail, seigneur de Bayard, l’illustre capitaine français, se signala dans cette bataille. S’y distinguèrent également :

  • Jacques Ricard de Genouillac (ou Galiot de Genouillac), grand maître de l’artillerie française sous François Ier, remarquable technicien en matière de balistique ;
  • le capitaine français Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palice (ou La Palisse), qui fut blessé ;
  • le capitaine français Odet de Foix, vicomte de Lautrec, futur maréchal de France, qui fut laissé pour mort sur le champ de bataille ;
  • Anne de Montmorency, futur duc et futur connétable de France ;
  • Louis de Brézé qui commandait l’aile droite française ;
  • Théodoro Trivulce, futur maréchal de France, qui commandait l’aile gauche ;
  • René d’Anglure, vicomte d’Estoges et de Blaigni, seigneur de Nogent-sur-Aube ;
  • le baron Yves d’Alègre, qui fut tué dans la bataille.

Le général espagnol Fernando Francisco de Avalos, marquis de Pescara, fut fait prisonnier, ainsi que l’homme de guerre espagnol Pedro Navarro, Jean de Médicis, futur pape (Léon X), et Fabrizio Colonna qui commandait la gendarmerie italienne.

Bibliographie : Général Charles Thoumas, Les transformations de l'armée française : essais d'histoire et de critique sur l'état militaire de la France, Paris, Berger-Levrault, 1887, tome II.

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site