Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

MARIGNAN


MARIGNAN (en italien Marignano, aujourd’hui Melegnano). Ville de Lombardie (province de Milan), au sud-est de Milan. Victoire de François Ier et des Vénitiens sur les Suisses, commandés par le cardinal de Sion Schinner, au service du duc de Milan Massimiliano Sforza, les 13 et 14 septembre 1515. Le maréchal de France Giangiacomo Trivulzio, marquis de Vigevano, dit, en français, Trivulce, eut un rôle déterminant dans cette bataille où le duc de Bourbon Charles III, dit le Connétable de Bourbon, et le duc de Guise Claude de Lorraine, qui fut blessé, se comportèrent vaillamment et où se distinguèrent également :

  • le maréchal de France d’origine écossaise Robert Stewart, comte d’Aubigny ;
  • Jacques Ricard de Genouillac, dit Galiot de Genouillac, grand maître de l’artillerie française et remarquable technicien en matière de balistique ;
  • le maréchal de France Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palice (ou La Palisse), l’un des plus brillants capitaines de son temps, et son frère, Jean de Chabannes, seigneur de Vendenesse ;
  • Anne de Montmorency, futur duc, futur maréchal et futur connétable de France ;
  • Louis II de La Trémoille (dont le fils Charles fut tué), vicomte de Thouars, prince de Talmont ;
  • Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet, futur amiral de France ;
  • Robert III de La Marck, dit l’Aventureux, seigneur de Fleuranges, futur maréchal de France, qui commandait l’avant-garde ;
  • l’homme de guerre espagnol Pedro Navarro passé au service de la France ;
  • Louis de Villeneuve, sire de Trans (dont le fils unique fut tué) ;
  • Jean de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier, père de Diane de Poitiers ;
  • le jeune comte de Petigliano qui périt au combat ;
  • Charles de Bueil, comte de Sancerre, qui périt également ;
  • Gaspard de Coligny, dit le maréchal de Châtillon, qui gagna son bâton de maréchal ;
  • René de Savoie, comte de Tende ;
  • Jacques d’Amboise, seigneur de Bussi, qui fut tué ;
  • Hugues d’Amboise, seigneur d’Aubijoux, qui fut également tué ;
  • le général des Vénitiens Bartolomeo Alviano.

Au soir de cette victoire, Pierre du Terrail, seigneur de Bayard, l’illustre capitaine français qui avait pris une part décisive à la victoire, arma François Ier chevalier. Cette victoire ouvrit à François Ier le Milanais et lui donna une alliance perpétuelle avec les Suisses. Claude de Lorraine, 1er duc de Guise, fut blessé lors de la bataille. Huldreich Zwingli accompagnait les troupes suisses comme aumônier. Le peintre suisse Hans Leu le Jeune participa à la bataille. Les Suisses perdirent 14 000 hommes sur les 20 000 engagés, les Français 6 000.

Iconographie : 

  • Bataille de Marignan, enluminure sur parchemin de Maître de la Ratière, XVIsiècle (musée Condé, Chantilly) ;
  • le cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de Paris possède l'une des médailles faites par l'artiste italien Matteo del Nassaro, au revers de laquelle est représenté un épisode de la bataille de Marignan : les Suisses sortant de Milan pour attaquer ;
  • Bataille de Marignan, bas-relief du tombeau de François Ier à Saint-Denis, exécuté par Pierre Bontemps.

Bibliographie :

  • Laurent Henninger, Marignan, 1515, Paris, Socomer, 1991 ;
  • Didier Le Fur, Marignan : 13-14 septembre 1515, Librairie Académique Perrin, 2004.

Victoire des Français, commandés par le maréchal Achille Baraguey-d’Hilliers, sur les Autrichiens du général Bauer, le 8 juin 1859, après la bataille de Magenta. Participèrent notamment à cette bataille les généraux Élie-Frédéric Forey, futur maréchal, Louis de Ladmirault, François-Achille Bazaine, futur maréchal. Le général Bauer devait mourir des suites de ses blessures.

Bibliographie : Taxile Delord, Histoire du Second Empire, Paris, Londres, New York, G. Baillière, 1876, tome II.

 

Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site