Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

LIGNY


LIGNY. Localité de Belgique dépendant de la commune de Sombreffe. Victoires de Napoléon Ier sur le feld-maréchal prussien Gebhard Leberecht Blücher, prince Blücher von Wahlstatt, en 1814, durant la campagne de France, et le 16 juin 1815. Le général Jean-Baptiste Girard contribua à cette dernière victoire (également connue sous le nom de bataille de Fleurus) et fut mortellement blessé. Le comte Louis-Auguste-Victor de Ghaisnes de Bourmont, général de division, futur maréchal de France, trahit l’armée française en passant à l’ennemi la veille de la bataille avec le colonel Clouet, son chef d’état-major. Le marquis Emmanuel de Grouchy, maréchal de l’Empire, chargé de poursuivre les Prussiens après leur défaite, ne sut pas les empêcher de se joindre aux Anglais sur le champ de bataille de Waterloo. Le futur maréchal de France Jean-Baptiste Drouet d’Erlon et ses 18 000 hommes restèrent inactifs à Ligny. Se distingua dans la bataille le comte August Neidhardt von Gneisenau, futur feld-maréchal, qui fut blessé. Participa également à cette bataille le général Rémy-Joseph-Isidore Exelmans, futur maréchal de France. Le baron prussien Adolf von Lützow, officier de cavalerie ayant formé un corps de partisans (la “Bande noire”), futur général de brigade, fut fait prisonnier. Il devait s’évader deux jours plus tard, au cours de la bataille de Waterloo. Blücher disposait d’environ 95 000 hommes, Napoléon de 60 000. L’armée française s’était mise en mouvement sur deux colonnes. La colonne de gauche, commandée par le maréchal Michel Ney, se porta vers les Quatre-Bras, sur la route de Charleroi à Bruxelles. La colonne de droite, commandée par Napoléon, se porta en avant de Fleurus. Les Prussiens perdirent plus de 20 000 hommes, la plupart tués ou grièvement blessés, et quarante pièces de canon. Les Français eurent 7 000 hommes tués ou blessés. Participèrent également à cette bataille :

  • le général de division Pierre Berthezène ;
  • le général de division Jacques-Antoine-Adrien Delort ;
  • le général de division Pierre Barrois ;
  • l’officier de cavalerie Armand-François de Briqueville ;
  • le général de brigade Jean-Hyacinthe-Sébastien Chartran ;
  • le général de division Pierre-Joseph Habert ;
  • le général de division Jean-Baptiste-Alexandre Strolz ;
  • Antoine Juchereau de Saint-Denis, futur chef d'état-major de l'armée ;
  • les généraux Jean-Baptiste Dommanget, Jean-Simon Domon, Antoine Maurin, Dominique-Joseph-René Vandamme, futur pair de France, Pierre-François-Auguste Dejean, Étienne-Maurice Gérard, futur maréchal, futur ministre de la Guerre, qui fut grièvement blessé, Jacques Lecapitaine, qui fut tué.

Bibliographie :

  • Andrew Uffindell, The eagle's last triumph : Napoleon's victory at Ligny, June 1815, London, Greenhill books, 1994 ;
  • Peter Hofsschröer, Waterloo 1815 : Quatre Bras & Ligny, Pen & Sword Books, 2005 ;
  • Charles Malo, Champs de bataille de l'armée française, Paris, Hachette, 1901.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site