Version mobile

 

logo-histoire-de-guerre

FONTENOY


FONTENOY. Localité belge, près d’Antoing, dans la province de Hainaut. Victoire des Français, commandés par le comte Maurice de Saxe, maréchal de France, dit le maréchal de Saxe, en présence de Louis XV, sur les Anglais, les Hanovriens, les Autrichiens et les Hollandais, commandés par le duc William Augustus de Cumberland, 3e fils du roi d’Angleterre George II, assisté du comte de Kœnigseck, feld-maréchal autrichien, et du prince de Waldeck (commandant les troupes hollandaises), le 11 mai 1745, au cours de la guerre de Succession d’Autriche. Le comte Ulrich Frederic Valdemar de Lœwendahl (ou Löwendahl), futur maréchal de France, se distingua dans la bataille, ainsi que :

  • l’amiral de France Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre ;
  • Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu, futur maréchal de France, petit-neveu du Cardinal ;
  • le comte Louis Regnier de Guerchy ;
  • V.-M. de Riquet, comte de Caraman, futur lieutenant général et futur commandant général de la Provence.

Louis-Charles-César Le Tellier, duc d’Estrées, marquis de Courtenvaux, futur maréchal de France, petit-fils de Louvois, contribua à la victoire. Le sous-lieutenant Charles-Eugène-Gabriel de La Croix, marquis de Castries, futur maréchal de France, futur ministre de la Marine, participa à la bataille, ainsi que :

  • le marquis Gaspard de Clermont-Tonnerre, futur maréchal, futur duc et futur pair, qui commandait l’aile gauche française ;
  • Julien d’Aboville, chevalier de Saint-Louis ;
  • Antoine-Paul-Jacques de Quélen de Caussade, duc de La Vauguyon, lieutenant général ;
  • le duc Joseph-Marie de Boufflers, lieutenant général ;
  • le duc Louis de Crillon-Mahon.

C’est à cette célèbre bataille que se rapporte la phrase si souvent citée : “Après vous, Messieurs les Anglais !” Quand la tête de la colonne anglaise fut arrêtée à cinquante pas des Gardes françaises, les officiers se saluèrent réciproquement : “Faites tirer vos gens !” s’écria lord Charles Hay, capitaine aux Gardes anglaises. “Non, Monsieur ! À vous l’honneur !” répliqua le comte d’Anterroches, lieutenant de grenadiers. Les Anglais ne se le firent pas répéter : ils exécutèrent un feu roulant qui emporta la 1ère ligne. Le comte Thomas-Arthur de Lally, baron de Tollendal, contribua à cette victoire et fut fait général de brigade sur le champ de bataille. Du côté anglais, il faut signaler la bravoure de George Sackville Germain, 1er vicomte Sackville, et la présence du général James Wolfe et de Jeffrey Amherst, futur baron d’Amherst et d’Holmsdale, futur feld-maréchal. Les Alliés eurent près de 15 000 hommes tués ou blessés, parmi lesquels le lieutenant général Campbell et le major général Ponsonby. Les Français perdirent plus de 7 000 hommes, morts ou blessés. Ils prirent une quarantaine de canons. Le lieutenant général de l’artillerie française, Du Brocard, fut tué, ainsi que le duc Louis de Gramont.

IconographieBataille de Fontenoy, tableau d'Horace Vernet, 1836 (musée de Versailles).

Bibliographie :

  • Charles Malo, Champs de bataille de l'armée française, Paris, Hachette, 1901 ;
  • Jean-Pierre Bois, Fontenoy. 1745 : Louis XV, arbitre de l'Europe, Paris, Économica, 1996 ;
  • Colonel Édouard Hardy de Périni, Batailles françaises, Paris, Flammarion, 1894-1906, 6e série ;
  • David Hume, Tobias Smollett, John Aikin et John Adolphus, Histoire d'Angleterre, Paris, Furne, 1839, tome VIII ;
  • "La bataille de Fontenoy, poème", œuvre de Voltaire, Paris, Prault père, 1745.
Partager sur :

Réagissez

Rechercher un document sur le site